Retour aux formations

Approche relationnelle du soin-toilette

Best Développement Professionnel Continu

Objectifs

Créer un environnement humain pour que la personne âgée reste jusqu’au bout de sa vie une personne en relation et fédérer les équipes autour de ce projet, c'est-à-dire :

  • Identifier toutes les situations et comportements susceptibles d’être maltraitants pour les réajuster vers des conduites de bientraitance
  • Acquérir des méthodes de soins relationnelles, des techniques de manutention, à partir des situations vécues : les comportements perturbés et perturbants, violence, syndrome d’immobilisme, …
  • Accompagner l’établissement dans la mise en œuvre du plan de soin individualisé, personnalisé

A la fin de la formation le professionnel sera capable :

  • De mieux appréhender la notion de bientraitance
  • De réfléchir au sens du soin en sortant de la juxtaposition des tâches 
  • De personnaliser le soin et d’utiliser les outils concrets apportés par la formation
  • D’entrer dans un processus d’analyse des pratiques individuel et collectif : identification du problème et réflexion sur la mise en lien avec les valeurs éthiques, recherche d’alternative et ajustement
  • De mettre en place un « prendre soin » cohérent, avec une traçabilité écrite au sein de l’équipe
  • De mettre en œuvre des pratiques respectueuses du patient/ résident, et également respectueuses de l’intégrité physique du professionnel

 

 1. Evaluation des pratiques professionnelles (par renseignement d’une grille EPP à distance par le professionnel)

  • Cette évaluation est basée sur l’audit clinique et l’audit clinique ciblé, pour l’analyse de sa propre pratique. 
  • La grille est remplie en ligne ou est retournée au formateur, qui définit les points d’amélioration sur un graphique ( indicateur «  radar ») : un indicateur « Radar » par participant

2. Journées de formation collectives (en présentiel)

  • Les objectifs de la toilette en tant que soin technique et relationnel - Redonner du sens et de la valeur dans les actes de soins dits « de base »
    • La place de l’écoute et de l’observation
    • Les gestes de confort et de réconfort
    • L’importance des mots qui valorisent et accompagnent le temps de la toilette
    • L’importance du regard dans la relation soignant/soigné
    • Repérage en équipe des besoins personnalisés : le V.I.P.S (Tom Kitwood : Very Important PersonS) 
    • Un « outil » développé en lien avec Jérôme Pellissier*, chercheur en gérontologie
  • Travail sur la distorsion entre intention du soignant et perception de la personne
    • Les pièges du contact et de la communication verbale et non verbale
    • en lien avec :
    • Déficits sensoriels
    • Troubles cognitifs 
    • Comment l’autre perçoit et identifie le soin ?
  •  Le toucher relationnel pendant le soin
    • Un moyen de communication non verbal privilégié : un échange et un besoin
    • Impact émotionnel du toucher, la mémoire émotionnelle 
    • Apprendre à toucher l’autre sans avoir un sentiment d’effraction
    • Apprendre à mobiliser les personnes rétractées, les personnes en fin de vie, les personnes en syndrome de glissement : confort, bien être, communication bienveillante.
  • Mobilisation douce des personnes 
    • Utilisation des matériels ergonomiques les plus courants dans un objectif de sécurité et de bien être soignant/soigné
    • Organisation et aide à la mobilisation lors du lever, de l'aide à la toilette, de l’installation à table du coucher et des déplacements
  • La représentation de la verticalité et son rôle sur la santé
    • « Rester debout jusqu’au bout » 
    • Maintenir la marche, la confiance, la motivation au mouvement, l’estime de soi. 
    • Développer un prendre soin basé sur les capacités de la personne
    • Limiter les contentions (identifier les différentes formes de contentions)
  • La relation au corps fragilisé, vulnérable, douloureux
    • Ce qu’elle implique (toucher et être touché)
    • ce que révèlent l’intimité, la pudeur, le respect de l’identité, les langages du corps et son écoute (l'expression, l'attitude, le geste, la somatisation)
  • L’organisation de la toilette : Développer le prendre soin individualisé
    • Le soin se doit d’être une rencontre positive entre deux personnes, le soignant et le soigné :
    • L’importance de la phase de préparation : l’accueil au soin
    • L’importance de la personne soignée : 
    • L’approche, requérir le consentement de la personne
    • Eliminer les soins de force, les soins « à la chaîne », les soins faits « en systématique »
    • Savoir mettre en pratique les « outils » de communication qui instaurent et maintiennent une relation de confiance
    • Savoir reporter un soin, passer le relai, développer la confiance dans les équipes
    • Donner du sens aux pratiques 
  • Les différents types de toilettes 
    • Savoir adapter le soin aux capacités physiques et relationnelles des personnes soignées 
    • Quel séquençage pour une toilette pacifiée ?
    • Quels bénéfices pour chacun ?
    • Quelles « stratégies » d’intervention en pratique ?
    • Savoir évaluer la qualité du soin : pour la personne soignée, pour le soignant
    • Réévaluer le rapport temps/qualité
  • Les soins dits « de confort » : leur impact sur le bien être et qualité de vie de la personne dans sa globalité
    • Hygiène bucco dentaire
    • Sommeil
    • Habillement et respect de l’identité
    • Le repas
    • Changement de regard sur l’animation 
  • Transmissions et évaluation
    • Comment donner du sens à la traçabilité ?
    • Intégration du soin toilette personnalisé dans le projet de vie
    • Repenser les transmissions ciblées 

3. Evaluation des pratiques professionnelles (par renseignement d’une grille EPP à l'issue de la formation par le professionnel)

  • Cette évaluation matérialise la mesure de l’impact du programme sur les pratiques. 
  • La grille est remplie à la fin de la formation et est  retournée au formateur, qui définit la mesure d’impact immédiate sur un graphique (indicateur «  radar ») : un indicateur « Radar » par participant.

4. Evaluation de l'efficacité de la formation (évaluation "à froid")

  • Cette évaluation complète la mesure de l’impact du programme sur les pratiques. La grille est remplie en ligne ou est retournée au formateur, qui définit la mesure d’impact sur l’amélioration dans le temps des pratiques professionnelles  et la mise en pratique sur le graphique initial (indicateur «  radar ») : un indicateur « Radar » par participant (visualisation graphique de l’amélioration des pratiques du professionnel) : suivi des actions d’amélioration engagées



Public concerné
Cette formation est une formation/action qui s’adresse aux personnes qui travaillent auprès de patients ou personnes âgées dépendantes dont certains peuvent avoir des comportements perturbants et perturbés.

Durée
3 jours